Méthode CORAIL pour trouver un emploi

samedi 30 novembre 2019

8 - Quand la relation au chômage devient passionnelle

      Comme un engagement financier non exprimé certes, mais bien approprié à la situation qu’ils vivaient. Un investissement compréhensible quand même. Dans l’incapacité d’assurer une meilleure planification pour leur vieillesse, et pour cause, ils comptaient bien, sur l’avenir probant de leur progéniture pour vivre leurs derniers jours de façon bien meilleure que les premiers.
       C’est d’autant plus affligeant et frustrant que je me vois incapable aujourd’hui de leur rendre ne serait-ce qu’une parcelle de tout ce qu’ils avaient dépensé pour moi (vue du côté matériel!) ; et de là à les soigner s’ils tombent malades ou même à leur offrir un petit quelque chose, un geste comme on dit pour une occasion ou aune autre, j’en mourrais d’amertume ! Heureusement que moi, je fais partie d’une famille nombreuse et là où j’échoue, d’autres frères ou soeurs peuvent réussir.            
       Mais qu’en est-il des autres ?
       La frustration est d’ores et déjà indescriptible : en quoi ou en qui pourrais-je investir moi, chômeur de longue date, pour mes derniers jours ?  
      Une question que j’évitais souvent, optimiste que je suis de toujours, parfois même jusqu’à frôler la dérision ! Une question qui pouvait attendre comme tant d’autres d’ailleurs.
      Me voilà enchanté et encouragé aussi à écrire. À peine commencé une idée que j’en sens un déferlement d’autres. Parce que j’écris de moi même peut-être ou tout simplement je retrouve cette écriture de jeune. En tout cas, au milieu de toutes ces années de chômage, s’il y’a quelque chose dont je me sens fier, c’est d’être resté toujours en contact avec le livre. 
      Si je ne lisais pas, je jouais à toute sorte de mots (fléchés, croisés, etc) ou je faisais des plans impossibles manière de garder le crayon à la main et de penser.
      La lecture aussi instinctive que manger et boire chez un lettré elle nous permet de rester vivace. Car, si elle nous divertit de remâcher tout le temps les mêmes sujets, en nous faisant conquérir par la pensée et l’imagination d’autres  perspectives différentes des nôtres ou singulières, elle nous laisse en contact avec la réflexion. Or c’est nous qui cherchons, consciemment, à travers la lecture, le voyage ou tout autre moyen qui permet de changer les idées, à nous évader et à nous distraire de la routine. Illusion ! C’est faire sans compter avec notre esprit. Car aussi harmonisé qu’il semble avec nous dans les situations ordinaires, notre esprit devient perspicace dès que l’on tente de sortir de cet ordinaire. Ainsi, conscient de notre échappatoire volontaire, il nous rappelle à notre préoccupation majeure (notre situation de chômeur entre autres !) , sinon pour affirmer sa présence, pour s’interposer comme régulateur entre nous et notre conscient. 
     Ainsi, condamné à suivre un rythme de vie bien adapté à ma situation, il m’était très souvent difficile de sortir du cercle de mes petits déplacements dans une petite ville qu’est la mienne et de mes fréquentations ; de mes activités quotidiennes qui constituaient au fil des années ce qu’on appelle les habitudes. 
    Déjà, de nature sédentaire en ce sens que, une fois installé quelque part et aussitôt accoutumé à un train de vie défini, mes habitudes deviennent plus ou moins inébranlables; alors je répondais toujours par la négative à toute invitation de voyage, d'accompagnement ou de grands déplacements amicaux ou familiaux. Comme si je devenais réticent à tout changement d'air. Inflexible. Pensant que les autres, une fois passé les vacances, reviendraient à leur train de vie normal, leur travail et occupation continuant leur évolution naturelle; alors que moi, chômeur de ma personne, je me retrouverais une fois de plus face à mon calvaire. Sans occupation majeure, sans travail et sans évolution. Je descendrais au bercail. 
À vrai dire, j'ai tellement galéré et entrepris toute sorte de choses et moyens, légaux ou non, sincères ou mensongers, étiques ou non, scientifiques ou para scientifiques (astrologie, numérologie, biorythmes, ou autre, ce qui m'a permis d'ailleurs, de toucher à plusieurs domaines  immenses du savoir et de l'expériences humaine); jusqu'à user de ressources et de pratiques de grand-mères pour ne pas dire de magie, pour sortir de cette détresse, et trouver un travail décent eu égard à mon niveau, des années durant, que la question d'être au chômage m'est devenue passionnelle! Tout ce qui m'éviterait ma ration journalière de boire de cette coupe, me causerait une affliction supplémentaire entre moi et ma passion.  
      Que nenni!. 
      Passer des vacances dans un contexte pareil n'a pas de sens, étant donné que je suis vacancier toute l'année pensais-je.
       

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Formulaire de contact

Nom

Adresse e-mail *

Message *