Révélations : Comment je gagne 583 Euros par jour

dimanche 15 décembre 2019

10 - Le pays voisin dont le contrat de travail valait 1000 dollars!


      En été donc, le travail routinier de toute l’année, de « recherche d’emploi », se convertit en prospection du terrain dans le but de dénicher l’oiseau rare : un « contrat » de travail en France ou en Espagne. Les parents, confiants en ce type de transaction ou d’engagement, pourraient aller jusqu’à vendre un terrain agricole, ou se débrouilleraient tant bien que mal pour se trouver l’argent nécessaire, à raison d’ailleurs et pas à tort car en réalité cela constitue un vrai investissement ! Un contrat à l’étranger ça sonne fort ne serait-ce que pour faire Berger dans les montagnes de la Corse française !
Pour le petit détail, cet engouement pour les « contrats » en Espagne a fait flamber les prix à tel point que des gens habitant la campagne surtout, avaient payé jusqu’à onze mille dollars. J’en connais des cas ! Et je parle d’avant la crise de 2008 2009 bien entendu. Sans cette récession qui a touché l’Europe et terriblement sentie en Espagne notamment, quel prix auraient atteint ces contrats au moment où je parle ?

Travailler dans les bateaux de croisière


  L’Espagne, justement, comment en était-il arrivé là ? Ce pays qui faisait une croissance économique annuelle supérieure en général à la moyenne européenne, avait un PIB inférieur à des pays comme le nôtre avant de joindre l’Union Européenne en 1986 qui l’a soutenue à ses débuts et encouragé. On lui a attribué entre autres, l’organisation de la coupe du monde de 1982. Dans le même contexte, il ne faudrait pas sous-estimer les événements ayant contribué au changement de régime politique. Le dictateur Franco, avant sa mort en 1975 et alors qu’il était malade, pensait faire retourner la monarchie des Bourbons dans ce pays, en nommant Juan Carlos chef de l'État par intérim. Celui-ci, deux jours après la mort du despote, et avec la même intention a été proclamé roi d’Espagne, mais c’était sans compter avec la volonté du peuple qui lui, avait une autre aspiration. Les manifestations et les grèves se multiplièrent à travers le pays, malgré la répression sanglante, et l’on aboutit en fin de compte, à un référendum qui permit d’instaurer le régime d’une Monarchie constitutionnelle. Ainsi, une réforme politique et non des moindres, associée à une conjoncture régionale favorable, en plus de la prise de conscience d’un peuple, ont fait de L’Espagne à partir des années quatre-vingt, une contrée qui n’arrête pas de progresser et de multiplier sa croissance. Donc ne nous y trompons pas si jadis, marocains que nous sommes, nous traversions ce territoire pour nous rendre en France ou ailleurs en Europe, sans lui accorder la moindre importance et que maintenant, nous rêvons de fouler son sol, pour un travail de misère comme pour la cueillette des fraises par exemple : un programme esclavagiste - au féminin - à voir les conditions pour la sélection des prétendantes jeunes femmes à qui il est demandé d’être mariée ou divorcée mais avec un enfant, d’avoir des mains  qui en disent long sur le travail dans les champs et que sais-je ? Sans supposer qu’il y ait d’autres critères non déclarés, cette affaire n’est pas gérée par les autorités espagnoles directement comme c’est le cas de la « Diversity program » qui délivre la « Green Card » pour vivre aux Etats-Unis, où l’on traite directement et seulement avec l’ambassade américaine. Alors, les heureuses ouvrières restent aussi à la merci de l’administration marocaine (ANAPEC ou autre).      
   Ainsi donc, le pays voisin à qui on attribuait une pauvreté, s’est retrouvé après un peu plus d’une décennie avec un PIB des plus forts et un niveau de vie des plus élevés. D’où non seulement le rêve pour y immigrer sinon les dizaines de milliers de dollars payés pour un contrat de travail.
   En rappelant toujours cette saison d’été et les opportunités offertes aux chômeurs, à défaut d’un travailleur immigré qui a appris à faire de ce type de transaction son business (vente de contrats de travail venant de l’étranger) , on reniflerait un autre type d’immigrés qui aurait acquis une certaine notoriété dans le domaine, à tel point que, des courtiers lui préparent le terrain et des futurs candidats chaque fois qu’il fait un tour au pays. S’étant forgé sa renommée pour avoir déjà réussi à « sauver » (c’est le cas de le dire !) des dizaines de pauvres gars restés bloqués au Maroc et qui avaient déjà un parent ou un ami à l’étranger capable de leur offrir un refuge le temps de s’en sortir et d’avoir leurs papiers dans le pays d’accueil. Des types qui n’ont aucun avenir dans leur pays de naissance, et qui sont décidés à s’exiler ayant déjà vu la déprime de ceux qui avaient des diplômes pour avoir passé une bonne partie de leur vie à l’université en vain.

débloquer la recherche d'emploi en 2 semaines


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Formulaire de contact

Nom

Adresse e-mail *

Message *